Sur les traces de Jules Verne

Le jeudi 13 octobre, les classes de 3èmeB et 3èmeE ont eu la chance, dans le cadre des cours de français et d’histoire, de se rendre à Amiens afin de visiter la ville, et de découvrir la maison où vécut Jules Verne. Etudiant Le Tour du monde en 80 jours, le roman français qui reste aujourd’hui le plus traduit à travers le monde, nous avons pu y approfondir nos connaissances grâce à l’aide d’un guide.

Nous avons appris que Jules Verne avait fait de nombreux et longs voyages et qu’il s’en était inspiré pour écrire ses œuvres. Sa fréquence d’écriture était soutenue, puisqu’il écrivait trois œuvres (colossales) par an, des œuvres qui rencontraient un vif succès comparable à celui d’Harry Potter : des figurines à l’effigie de ses personnages se vendaient, des tablettes de chocolat  s’inspiraient de ses livres pour leur emballage.

Devenant célèbre Jules Verne amoncela une fortune considérable avec laquelle il acheta un bateau nommé le « St Michel » pour rendre hommage à son fils. Son fils qui en profitait pour dilapider la richesse de son père aux jeux et qui avait une misérable réputation. En 1886, Jules Verne se fit tirer dessus par son neveu fou et fut touché à la jambe, il boita le reste de sa vie, l’arbre qui se dresse à l’entrée de la cour est le seul témoin de cette tentative de meurtre.

 Puis, une animatrice nous a accueilli, autour de deux ateliers, soit pour nous faire travailler sur la BD, le but étant d’imaginer comment pouvait être retranscrit Le Tour du monde en 80 jours sur une planche de BD, soit pour nous faire réfléchir sur la conception d’une ville futuriste en dessinant et en expliquant nos idées. C’était un moment constructif et riche en partage. 

Nous avons ensuite visité ou vu les lieux phares de la ville d’Amienspour connaître son histoire, son passé marqué par la Première Guerre Mondiale. Le peuple d’Amiens tenta de protéger la grande cathédrale, dans laquelle résident encore les ossements de St Jean-Baptiste, des assauts en démontant les 2500 tuyaux du grand orgue, en retirant les tableaux et les vitraux ( qui, ces-derniers, finirent tout de même par bruler chez l’ébéniste dans lequel ils étaient cachés), en mettant des tas de sacs de sable devant les portes.

L’ange pleureur qui se trouve au fond de la cathédrale fut le symbole d’Amiens car les soldats aimaient s’y rendre et ils envoyaient souvent une carte ayant pour illustration cet ange qui pleure.

La ville fut beaucoup touchée par la Grande Guerre, mais reconstruite  avec des formes plus géométriques s’inspirant de l’art déco pour redonner espoir au peuple. Nous avons également pu apercevoir le Beffroi, la mairie, le palais de justice et parcouru la rue principale, retrouvant un magasin qui existait déjà à l’époque de la Première Guerre mondiale : « Les Galeries Lafayette ». A la suite de cela nous avons repris le chemin du collège en nous disant que nous avions passé une très belle journée.


Maya CHAANINE et Armance VIGNAUX







Institut Sainte-Thérèse : Intranet