Visite à la maison Triolet-Aragon
Les classes de 3ème D et de 3ème E sont allées, l’après-midi du 21 janvier 2016, visiter la maison de campagne de Louis Aragon (1897-1982) et d’Elsa Triolet (1896-1970), un vieux moulin transformé en pavillon à Saint-Arnoult en Yvelines.

Nous sommes arrivés vers 14h00, et nous étions répartis en quatre groupes (choisis une semaine avant le jour J).
Nous avons tout d’abord visité la maison, achetée par Louis et Elsa en 1951 et décorée et pensée par cette dernière. Après sa mort, le mardi 16 juin 1970, les pages de l’éphéméride ne furent plus arrachées comme si le temps s’était figé. Louis Aragon décida de ne rien changer à la décoration de la maison. En 1976, il fit don de ses 30 000 œuvres à la nation. Puis en 1981, Aragon décréta que sa maison serait un lieu de culture et la légua à l’Etat.
Cette maison était leur maison de campagne, ce qui signifie qu’ils n’y allaient pas souvent, ils y allaient seulement lorsqu’ils avaient besoin de s’isoler, de se séparer de la ville pendant un moment, ou encore pour se ressourcer ou écrire. Mais ils y recevaient de nombreux amis artistes tel Picasso qui à chaque visite leur offrait l’une de ses œuvres.

Puis, nous avons pu apprendre quelques anecdotes sur le couple, comme, par exemple, qu’Elsa aimer détourner les objets et les transformer, c’est comme ça qu’en guise de lustre, elle a revisité une ancienne balance. Une autre anecdote raconte qu’Elsa cachait un petit placard, nommé » le placard à insomnie » qu’elle prenait toujours soin de fermer à clé, dans lequel se trouvait les livres de la série noire (livres considérés comme «vulgaires» à l’époque), qu’elle lisait le soir quand elle n’arrivait pas à dormir. Aragon aimait en présence d’amis, faire ce qu’appelait Elsa : « Son petit opéra », il ouvrait les vannes du moulin afin que les convives s’arrêtent de parler pour que lui seul puisse discourir et que tout le monde l’écoute.

Nous avons aussi visité leur parc qui s’étend sur 5 hectares et qui est à présent investi par des œuvres d’artistes contemporains. Dans ce parc, on a pu voir une grande tombe, celle de Louis et d’Elsa, qui souhaitaient être enterrés ensemble, dans cette maison de campagne. On peut entendre une douce mélodie ou encore le chant des oiseaux retentir autour de la sépulture, afin qu’ils soient à jamais bercés par la musique et la douceur.
Pour finir, à la fin de la journée, nous avons participé à un atelier, celui de l’affiche de propagande, qui consistait à étudier très brièvement le poème « Strophe pour se souvenir » de Louis Aragon évoquant la fameuse « Affiche rouge » du groupe Manouchian, pour ensuite créer notre propre affiche.
La sortie terminée, les troisièmes furent contents de leurs découvertes.


Nour Ramdani et Sarah Soursas, élèves de 3ème E






Institut Sainte-Thérèse : Intranet